Exposition Sonder la lumière, suivre le cercle à Moret sur Loing du 9 au 24 octobre 2021

Du

9 samedi octobre 2021

au

24 dimanche octobre 2021

14h00 • 19h00

Espace regards

Prix: Gratuit

Recevez par e-mail les nouvelles informations sur Sonder la lumière, suivre le cercle.

Plus d'infos sur l'exposition Sonder la lumière, suivre le cercle à Moret sur Loing

Julia Dupont, Sonder la lumière, suivre le cercle

Commissariat, Pauline Lisowski

Exposition du 9 au 24 octobre 2021.

9-10, 16-17, 23-24 octobre de 14h à 19h et sur rendez-vous

Julia Dupont s'attache à capter la lumière qui caresse l'architecture et observe avec attention les éléments qui attirent son regard durant ses explorations de paysages et d'espaces chargés d'histoire.

Elle mène deux séries photographiques en parallèle pour lesquelles elle construit un processus de travail dans le temps et suivant les lieux qu'elle parcourt. Ses sujets de recherches se situent essentiellement entre deux pays, la France et le Portugal. Ses photographies interagissent subtilement avec l'atmosphère et les volumes de l'Espace Regards.

Les images de la série Surfaces Profondes répondent aux lignes présentes au sol ainsi qu'aux cadres des fenêtres qui ponctuent la première salle de l'Espace Regards, ce qui induit une mise en abîme des lignes de lumière qui traversent les surfaces photographiées. Les rayons lumineux créent des passages, des

présences immatérielles. Ils effleurent les murs, se posant directement sur les parois tout en laissant songer à des hors-champs. L'abstraction n'est pas si loin. Ces ouvertures nous conduisent vers des espaces pour des voyages proches du rêve.

Julia Dupont développe des images minimales invitant à songer à des souvenirs de perceptions d'architectures. Ses rencontres spontanées avec des lieux éclairés l'incitent à s'arrêter et à préserver ces lumineux signes du temps. Ses photographies suggèrent alors un léger mouvement comme si un souffle, un halo éclairait un espace traversé

Dans ses deux projets actuels, elle s'attache à capter la lumière qui frôle l'architecture, les objets ou les rochers, observant finement la rotation du soleil sur des axes différents et dans les deux territoires où elle puise son inspiration.

Dans sa deuxième série, Geometrias do Ó, l'artiste est également à l'affût d'objets et de surfaces circulaires symbolisant l'origine et compose des associations entre elles. Elle effectue des allers-retours entre son approche photographique des environnements, des détails architecturaux, et son observation

des objets.

D'une part, elle explore le territoire de Fontainebleau-Avon et ses environs à travers la marche, là où elle vit.

Dans ce paysage patrimonial, elle poursuit l'histoire d'une communauté d'artistes pluridisciplinaires qui s'y sont installés depuis le XIXe siècle pour travailler en forêt et représenter la nature.

En approfondissant sa sensibilité pour les roches, « état primordial de l'architecture », elle ouvre sa réflexion sur la mémoire de la forêt de Fontainebleau et développe une recherche photographique avec un regard proche de celui du géologue ou de l'archéologue. Son intérêt pour les traces du temps, les

pierres, la nature et l'architecture, l'amène à des situations d'attente, d'aller-retour de son lieu de vie à la forêt où elle repère des éléments qui l'intriguent. Ses images naissent de rencontres, de situations où plusieurs phénomènes naturels doivent être présents simultanément Elle y glisse aussi des images de lieux parcourus entre deux régions, deux pays, travaillant à la lumière d'été au Portugal et à la lumière de l'hiver à Fontainebleau. Certaines photographies laissent deviner des détails d'architectures historiques, d'autres nous convient à prêter attention aux éléments naturels, qui

deviennent précieux par l'attention qu'on leur porte.Dans l'espace voûté de la cave, baigné d'une douce luminosité, ses fragments de lieux ou d'objets ainsi rassemblés nous font songer à des récurrences entre motif architectural ou figure géométrique.

Symboles de l'infini et de la perfection, ces ronds trouvés dans la nature ou dans l'architecture, « sculptures naturelles » entre culturel et artificiel, renvoient à des tensions riches en mystère. Ils composent un cabinet de curiosités, lieu où art et science se côtoient.

Retour à l'étage baigné d'une lumière douce, celle du jour, les lignes de l'architecture dans les photographies deviennent vaporeuses. Les images de Julia Dupont tendent vers un certain

minimalisme, « une picturalité » qui rappelle des souvenirs de contacts avec la lumière et avec différentes constructions dans plusieurs pays, chargés de mystères. Angles et obliques nous font perdre nos repères spatiaux. Des lignes rigides se transforment en vapeur de lumière d'un blanc éclatant,

dessinant un espace infini qui s'offre à nous.

Nourries par La Poétique de l'espace ou La Terre ou les rêveries de la volonté du philosophe Gaston Bachelard, ses deux séries jouent sur un équilibre et des correspondances entre les images captées au fil des errances de l'artiste dans différents territoires.

Pauline Lisowski.

Julia Dupont a étudié les arts plastiques avant d'être diplômée d'un Master en photographie à l'Université Paris 8.

Elle développe une pratique photographique et plus récemment des projets vidéos, situés entre la France et le Portugal.

Née en 1990, elle vit et travaille a Avon et Paris

Les series Surfaces profondes et Geometrias do Ó ont be ne ficie en 2019 du Me ce nat de MD2G, Paris, avec le Soutien a un projet artistique. Elle ont e te accueillies en re sidence a O Instituto, Porto, en 2020 et 2021, avec le Soutien Financier au Secteur Culturel et Audiovisuel pour les Arts et la Culture de l'Institut Francais du Portugal, Lisbonne, 2021. L'exposition a l'Espace Regards recoit le Soutien de l'Instituto Camoes -

Centre Culturel Portugais en France.

Tous les artistes de Sonder la lumière, suivre le cercle

  • Julia Dupont •